Marketplaces : un engouement justifié

Marketplaces : un engouement justifié

[quote]Par Corinne Estève-Diemunsch, Directrice Marketing & Communication de Limonetik[/quote]

En quelques mois, la notion de marketplace est venue envahir les lignes éditoriales des blogs, journaux et sites spécialisés ; nous aussi en avons parlé sur ce blog, sous un angle plutôt juridique.

Aujourd’hui, beaucoup de grandes enseignes e-commerce issues du mortar se sont glissées dans le sillage des pure players tels que Cdiscount ou Amazon : Darty, FNAC, Galeries Lafayettes, pour ne citer qu’elles. En 2005, 3 des 10 plus fortes audiences du e-commerce français étaient des marketplaces ; en 2013, elles sont au nombre de 7 ! Ce chiffre est issu du livre blanc édité sur le sujet par la société Mirakl.
Les derniers chiffres de la FEVAD, publiés le 20 mai, démontrent une croissance de 41% de l’activité marketplace, entre le 1er trimestre 2013 et le 1er trimestre 2014.

Essayons de clarifier les leviers de réussites, en s’appuyant sur les piliers de cette relation triangulaire.

Une marketplace, c’est avant tout une relation tri partite basée sur la confiance.

  • Le vendeur fait confiance à la marketplace pour lui proposer une vitrine fiable et visible.
  • La marketplace fait confiance au vendeur pour proposer des produits ou services de qualité.
  • L’acheteur fait confiance à la marketplace pour référencer des vendeurs fiables.

Une marketplace, c’est aussi une relation tri partite basée sur le commerce.

  • Le vendeur s’adosse à la notoriété de la marketplace pour vendre ses produits ou services.
  • La marketplace référence des vendeurs dont la gamme présente des avantages attractifs pour augmenter son catalogue global et prélever une commission sur ses ventes.
  • L’acheteur compte sur la marketplace pour lui proposer le plus grand choix de prix sur un même produit, stimulant la concurrence entre vendeurs.

Une marketplace, c’est enfin une relation tri partite basée sur le paiement.

  • Le vendeur s’appuie sur les solutions de paiement proposées par la marketplace pour offrir le plus grand choix de moyens de paiement à l’acheteur.
  • La marketplace s’adosse à des solutions comme celle proposée par Limonetik pour gérer toute la chaîne financière, depuis la page de paiement jusqu’au reversement des commissions.
  • L’acheteur dispose d’une palette de moyens de paiement lui permettant de trouver la bonne combinaison pour mener à bien sa transaction.

Va-t-on vers une concentration du marché au profit des “gros” sites marchands, et la disparition des “petits” ?

La logique des places de marché, avec un peu de cynisme et de boule de cristal, peut aboutir à la disparition des petits sites de e-commerce indépendants au profit de places de marché réunissant tous les acteurs d’un marché. On peut imaginer le développement des places de marchés thématiques – la marketplace www.mon-vigneron.com par exemple, mais aussi des places de marché des produits dématérialisés : films, livres, musique, etc. Encore faudra-t-il convaincre les consommateurs…